jeudi 29 mars 2012

In - satisfactions au travail

Qu'est-ce qui motive un employé ?
Suite à une recherche réalisée par Simon Riopel, voici pourquoi le salaire et la sécurité attirent tant les candidats, mais pourquoi ils sont ensuite si difficiles à motiver.

Selon une étude (1) les causes d'insatisfaction citées par les employés sont très différentes des causes de satisfaction.
Autrement dit, ce qui les démotive est bien différent de ce qui les motive. On y distingue :

Les facteurs d'hygiène, causes d'insatisfaction :
  1. politiques et gestion de l'entreprise 
  2. supervision 
  3. relations avec le superviseur 
  4. conditions de travail, environnement, outils 
  5. rémunération 
Et les facteurs de motivation, causes de satisfaction :
  1. accomplissement, sens du travail 
  2. reconnaissance 
  3. travail bien fait, maîtrise du travail et des outils 
  4. responsabilités 
  5. avancement 
Et oui, le salaire arrive en 5e place, et seulement pour les causes d'INsatisfaction ! Les facteurs d'hygiène empêchent l'employé de se sentir bien, je le compare souvent à la faim, lorsque c'est trop présent, l'employé n'arrive pas à penser à rien d'autre et son rendement diminue. Mais bizarrement, une fois que ces besoins sont comblés, un peu comme la faim, l'employé n'y pense plus, le facteur disparaît. Ce qui explique pourquoi une augmentation de salaire, parfois réclamée depuis des mois, ne motive un employé que durant quelques jours ou semaines.

Par contre, demandez à un employé ses plus beaux souvenirs, les moments où il s'est senti le plus heureux et le plus motivé au travail et vous obtiendrez des réponses comme :"Quand j'ai réussi à aller chercher ce gros contrat" ou "Quand j'ai été nommée en charge du département". Il y aura également des "Quand j'ai aidé la famille avec les jumeaux". Une fois dans un autre poste, ils s'ennuieront plus souvent de l'équipe que des taches.

Réduire les obstacles à l'auto-motivation
Certains entreprises essaient de réduire au maximum les insatisfactions pour que l'employé se motive par lui-même pour le reste. Elles visent alors à ce que rien ne vienne distraire les employés de leurs objectifs de travail, le plus souvent en leur laissant beaucoup de flexibilité et de responsabilités. Le concept ROWE (voir mon billet sur ce concept de "results oriented work environnement") en est un bon exemple. Et ça marche ! Dans les milieux compatibles avec cette culture, ils ont constaté parfois 35% d'augmentation de la productivité.

Cet article a été écrit en mars 2012 et mis à jour en mars 2015. 

Référence 1:  l'étude s'intitule Facteurs de motivation et d'hygiène par Frederick Herzberg, texte en anglais publié sur le site web du LACPA.

vendredi 23 mars 2012

Théâtre acàc

Une fois n'est pas coutume, mon billet d'aujourd'hui est une publicité, mais vous allez voir que c'est pour une bonne cause.

Il y a quelques mois, Théâtre acàc de Mascouche m'a demandé de faire partie de son conseil d'administration. Sa fondatrice, Evelyne Robert, est surtout connue pour son école de théâtre Ateliers Côte à Côte, la plus grande du Québec avec 800 élèves de tous les âges. En tant que membre du CA je vous invite à découvrir ce beau théâtre de 100 places qui donne la chance à des artistes professionnels de diffuser leurs pièces. Il y a également des conférences, des documentaires et des matchs d'impro.

Ils présentent ces jours ci une excellente pièce, Histoires de fin. J'en ai vu un extrait qui m'a donné le goût de vous en parler. Cette pièce est dramatique, drôle et touchante, à l'image des personnages d'adolescents attachants qu'elle présente. Une des rares pièces accessibles et appréciées des ados, même si elle s'adresse autant aux adultes.
Cliquer ici pour accéder au site web de Théâtre acàc.

Côté responsabilité sociale, Théâtre acàc contribue beaucoup à la relève artistiques et leur école aide les jeunes à s'accrocher et parfois à raccrocher à l'école. Que du bon!

PS Y a-t-il également un lien avec les RH ? Indirectement : Évelyne a implanté un mode de gouvernance particulier dans son entreprise qui marche très bien et dont je vous parlerai dans les prochains mois. Et en cette ère où toutes les entreprises veulent faire mieux avec moins, donc être créatives, le théâtre, c'est très utile pour apprendre, mieux communiquer et développer cette créativité.

jeudi 15 mars 2012

Réputation d'employeur : 8 outils pour la suivre

On voit régulièrement les effets importants de la réputation d'un employeur sur sa capacité à recruter et fidéliser ses employés. Quelques outils simples existent pour suivre ce qui se dit sur une organisation sur l'internet. Beaucoup de ces outils fonctionnent également pour trouver ce qui se dit sur un candidat.
  1. Commencez par voir ce qui se dit déjà : recherchez sur Google le nom de votre entreprise, incluant les variantes probables, et parfois vos produits. 
  2. Cherchez sur les médias sociaux, au moins les principaux : Twitter, Linkedin, Facebook, dans les noms de page, groupes, mais aussi les mots clés (souvent appelés #hashtags).
  3. Si ce n'est déjà fait, ouvrez vos propres pages et groupes sur Facebook, Linkedin et Twitter, pour inciter ceux qui veulent écrire à le faire à ces endroits facile à surveiller plutôt que n'importe où, ou pire, ouvrent le compte à votre place. Ces lieux vous permettent également de réagir plus facilement.
  4. Utilisez au besoin des outils comme Topsy, voir une liste sur ce site de l'université de Rennes.
  5. Mettez en place une Alerte Google : vous inscrivez des mots clés (ex. nom de l'entreprise) et vous recevez un courriel quand une nouvelle entrée contenant ces mots apparait sur Google.
  6. Si vous offrez vos produits ou services au grand public, surveillez tous les avis (sur Google Maps, sites de restaurants, www.monavis.ca/, forums, etc.)
  7. Vérifiez sur Rate my employer si quelqu'un a écrit au sujet de votre organisation
  8. Demandez à un nouvel employé ou à des employés de confiance s'ils ont entendu parler de votre organisation sur le web ou ailleurs.
Bien sûr beaucoup de ces avis, autant pour les chercheurs que pour les employeurs, sont à prendre avec un grain de sel. Un ex-employé frustré ou un gestionnaire qui n'est plus à l'emploi, les incompatibilités de caractère ou des difficultés temporaires peuvent nuire à la réputation d'un candidat ou d'une organisation sans que ça reflète la réalité.

Par contre, quand plusieurs éléments négatifs se retrouvent sur Internet, il vaut mieux le savoir et réagir. Attention toutefois à votre réaction. L'agressivité, l'attaque de la source peuvent donner l'impression que vous êtes coupable. L'absence de réaction peut être perçue comme une insulte si on vous a interpellé directement ou en nombre, ou démontrer que vous ne connaissez rien à l'internet ou à votre public. Dans le doute, et surtout en cas de "crise", vaut mieux réagir rapidement mais de façon réfléchie et au besoin, consulter des gens qualifiés.

lundi 12 mars 2012

Réunion utile - un cas concret

J'ai la chance de compter une belle entreprise dans le domaine de l'aviation parmi mes clients, plus précisément, ils font de l'entretien d’aéronef et de l'installation avionique. Nous avons travaillé ensemble pour faciliter la gestion d'équipe des gestionnaires. Richard et François ont généreusement accepté que je présente un des outils que nous avons mis en place.

Cet outil de communication très simple est la réunion journalière. D'une durée de 15 minutes le "meeting du matin" permet à chaque membre de l'équipe de dire où il en est par rapport aux projets en cours, et à l'équipe de poser des questions. Quelqu'un prend en note les sujets abordés et envoie au besoin un courriel par la suite. Le plus difficile est de s'assurer que la réunion ne dure pas plus de 15 minutes. L'autre défi, surtout au début, est de ne pas reporter une réunion parce qu'il y a un surplus d'ouvrage, quelqu'un en retard, une urgence...

Quelques semaines après l'avoir implantée, Richard et François commencent à voir les effets positifs :
  • meilleure circulation de l'information
  • meilleur respect de la planification 
  • baisse de certains problèmes connexes (ex. achat de pièces à la dernière minute)
  • les membres de l'équipe se sentent plus au courant
Cette pratique favorise également la reconnaissance. Richard et François peuvent souligner les bons coups de la semaine, écouter les suggestions des membres de leur équipe, nommer un responsable pour animer la rencontre, etc. Ils le faisaient déjà avant, mais ces éléments s'intègrent plus facilement dans le cadre d'une réunion quotidienne.
Et vous, avez-vous des pratiques gagnantes, simples mais qui ont montré leur efficacité ?

lundi 5 mars 2012

Sondage recrutement - pour les recruteurs - 2 de 2

Voici la 2e partie des résultats de notre sondage sur les sources de recrutement préférées des chercheurs d'emploi. Pour plus de détail, voir les billets précédents : l'introduction et la première partie.

Ce qui agace le plus dans les offres d'emploi consultées
 58%  salaire non affiché
 45%  différence entre affichage et réalité une fois embauché
 39%  nom de l'entreprise non affiché (affichages confidentiels)
 39%  expérience/compétences requises irréalistes
 27%  conditions de travail non affichées (ex. horaire)

Vont-ils postuler sur ces affichages ?
Si 58% des répondants sont agacés par un salaire non affiché, ce sont les offres publiées par des agences de placement ou n'affichant pas le nom de l'entreprise qui font le plus hésiter à envoyer un CV.

À la question "Est-ce que vous postulez généralement sur ces affichages?" ils ont répondu :

Salaire non affiché
 48%  oui
 15%  non
 37%  seulement si le poste est extrêmement intéressant

Affichage confidentiel 
 37%  oui
 33%  non
 30%  seulement si le poste est extrêmement intéressant

Affichage fait par une agence de placement
 35%  oui
 42%  non
 23%  seulement si le poste est extrêmement intéressant

En conclusion, les contacts personnels demeurent un outil privilégié avec les sites d'emploi traditionnels tels Jobboom et le Placement en ligne. Les journaux locaux se positionnent  avantageusement en second plan des outils hors web pour la moitié des répondants. Si les médias sociaux font beaucoup parler d'eux, ils ne semblent pas encore faire partie des moyens privilégiés des chercheurs d'emploi qui montrent leur préférence pour des valeurs sûres. Ceci n'indique pas toutefois ce qui permet d'atteidnre des chercheurs passifs, ceux qui sont déjà en emploi et ne cherchent pas activement.

Ne manquez pas bientôt notre prochaine série sur les résultats obtenus cette fois auprès des recruteurs.