mardi 6 décembre 2016

Reconnaissance et party de Noël

Vous manquez d'inspiration pour exprimer votre reconnaissance ? Ou pire, vous n'avez rien prévu pour le party de Noël qui a lieu demain soir ? Voici quelques idées qui pourront vous dépanner, ou vous aider - en 2017...

Pour exprimer sa reconnaissance 
Reconnaissance : les bases
Gestes de reconnaissance gratuits
Autres gestes de reconnaissance
Tous les articles du blogue sur ce thème

Pour un party de Noël réussi, 2016 ou 2017...
Le plus important, durant une fête de Noël...
Idées pour réduire les coûts ou se renouveler
Des idées pour réussir son party

L'essentiel
S'il n'y avait que deux points à retenir de tout ça, ce serait :

1 - tout geste doit être sincère, adapté au contexte et équitable pour donner un effet positif.

2- le plus important geste, le plus essentiel, c'est un merci sincère à tous les employés de la part d'au moins un des patrons.
S'il est gêné de parler en public, prendre 5 secondes pour le faire, et laisser une autre personne prendre le relais avant et après. Ou monter un petit vidéo qui permet de se pratiquer...

Et bon party de Noël !

mercredi 30 novembre 2016

16 idées pour améliorer le bien-être au travail

J'observe beaucoup d'employés prêts à trouver un nouvel emploi en janvier. Est-ce parce qu'ils attendaient d'avoir reçu leur bonus ? Ou c'est peut-être que le temps des fêtes est propice à la réflexion et ils se disent "Non je ne fais pas une autre année ici..."

Quoi qu'il en soit, décembre est un bon moment pour les employeurs pour démontrer leur reconnaissance envers leurs employés. Un merci sincère est nécessaire, mais il sera encore plus apprécié s'il est accompagné d'une ou plusieurs marques concrètes de cette reconnaissance. Si le cadeau monétaire a encore sa place, j'ai tiré de l'article "38 façons d'améliorer le bien-être de ses employés" seize idées pour offrir un petit quelque chose de plus "jazzé" à vos employés. J'y ai ajouté mon grain de sel, comme ces jolies cocottes en papier :) En prime, ces idées peuvent être mises en pratiques à n'importe quelle période de l'année !

Idées gratuites 
Pour mettre de l'ambiance, faire une course de cocottes en papier !
  1. Permettez aux employés de personnaliser leur coin de bureau, entre autres à l'aide de plantes, de photos ou d'affiches à leur goût. Encadrez cette pratique pour éviter l'affiche de garage...
  2. Affichez une liste de commerces et de services de proximité, si possible après avoir négocié avec certains un petit rabais en échange de votre publicité à l'interne. Ex. centre sportifs, garages ou traiteur locaux.
  3. Autorisez la sieste le lendemain d'une fête ou d'un effort particulièrement intense. Ou mieux, en tout temps !
  4. Durant une fête ou pour dire merci, offrez des journées de congé supplémentaires.
  5. Organisez une course de chaise à roulettes. Ou encore de cocottes en papier (ou autre produit léger) poussées par ventilateur ou le souffle des membres de l'équipe...
  6. Offrez des coupons "Jour de travail à la maison", ou mieux, instaurez 3, 5 ou 20 jours par an (ou par mois !) pour les emplois compatibles. Cette pratique demande de bien l'encadrer, mais elle a un grand effet sur la rétention et la marque employeur.
Idées à faible coût
  1. Offrez une plante verte au choix de l'employé et assurez-vous d'en installer à quelques endroits dans le bureau. Mieux, installez un aquarium. Dans tous les cas, payez quelqu'un pour en faire l'entretien régulier, car des plantes ou des poissons morts, c'est plutôt déprimant !
  2. Fournissez sur une base régulière quelques aliments, santé si possible. Fruits, trempettes de légume, chips de maïs et houmous, etc. Effet boeuf garanti !
  3. Rendez disponibles des boissons santé à côté de la machine à café : thés, tisanes et encore mieux, des boissons à base de vrais fruits.
  4. Engagez un masseur pour des massages sur chaise, encore mieux le lendemain d'un party !
  5. Organisez des cours de yoga ou autre activité physique simple au bureau.
  6. Installez une table ou un coin de jeu (ping-pong, billard, soccer de table, etc.)
  7. Présentez des diners-conférences en payant une partie du lunch et peut-être le conférencier, que ce soit des thèmes reliés au travail ou plus "grand public". 
  8. Lancez un défi "sept heures de sommeil" et offrez un prix à ceux qui dormiront le plus de nuits complètes durant ce mois.
  9. Créez un potager au bureau : payez l'équipement de départ en échange de l'engagement de quelques employés à s'en occuper.
  10. Offrez l'équipement et des cours différents du travail habituel : poterie ou travail du bois pour employés devant un ordinateur, photographie, décoration ou cours de langue pour tous.
La semaine prochaine, je ferai le tour de d'articles précédents pour d'autres idées de reconnaissance et pour animer les partys de Noël.

mardi 22 novembre 2016

Mesures disciplinaires originales - RH brutes

Un peu d'humour "RH brutes" ...*

On a quelques fois de la misère à savoir quelle mesure disciplinaire appliquer. J'ai lu qu'aux États-Unis, un employeur avait imposé une mesure assez spéciale à un employé arrivé soûl une fois de trop au travail. Ils lui ont imposé d'aller faire du bénévolat dans une organisation venant en aide à des alcooliques...

Une collègue me racontait une mesure disciplinaire originale, imposée à un gestionnaire qui ne voulait rien savoir de travailler en équipe. Solitaire, égoïste ou mal luné, je ne sais pas, mais ses patrons ont décidé de l’obliger à donner une formation à ses collègues sur le travail en équipe.

Durant toute la formation ses collègues ont dû savourer l’ironie et peut-être même en rire ouvertement. Je suis certaine que le gestionnaire a eu l’air fou et fera tout pour ne pas recommencer, même si ça implique qu’il doive maintenant travailler un peu moins seul dans son coin. L’histoire ne dit pas si la formation était bonne !

* RH brutes est mon alter ego plus sombre, le ton est plus mordant ou moins sérieux que dans mes billets habituels. Pour plus d'information, voir ce billet explicatif 

jeudi 17 novembre 2016

21 sites web utiles pour les RH au Québec

Voici mes 21 liens les plus utiles pour les RH et le recrutement au Québec, n'hésitez pas à m'en suggérer d'autres !


Générique

ORHRI
L'Ordre des conseillers en ressources humaines agréés. Beaucoup de contenu.

Technocompétences
Beaucoup d'outils, d'exemples et d'information utile !

Site web du journal les Affaires
Tous leurs billets RH

IMT
L'information sur le marché du travail d'Emploi-Québec

La CNSST
La Commission des normes du travail, de la SST et de l'équité salariale


Blogues RH et gestion québécois

Blogue d'Olivier Schmouker
Gestion et RH, souvent présentés avec un angle original

Blogue de Emplois RH
RH généraliste et recherche d'emploi

Magazine Facteur H

Proxima Centauri

Jobboom - section RH

Mon Infolettre RH
Pour tout ce qui touche les RH, je vous invite à vous abonner à mon infolettre mensuelle


Recrutement

La Source humaine
Recrutement innovateur par Sandrine Théard

L'Oeil du recruteur
Recrutement innovateur par Matthieu Degenève

Guillaume Desnoyers

Blogue de Jobboom


Autres thèmes ou multithèmes

Blogue de Mathieu Laferrière
Spécialiste Linkedin. Gestion, RH, data RH et outils de gestion

Futurs Talents
Marque employeur, attraction, fidélisation et data RH par Jean-Baptiste Audrerie

Mesurer le capital humain
La mesure en ressources humaines, data RH par Andrée Laforge


Quelques blogues français

Parlons RH
Actualité RH

Focus RH
Et leur liste de blogues français suggérés

Ithaque Coaching
Entre autres, plaisir au travail et reconversion professionnelle


Twitter

Liste de comptes Twitter RH
Notre sélection de comptes à suivre ou découvrir


Et vous, quels sont vos coups de coeur ?

mercredi 9 novembre 2016

Voulez-vous vraiment des employés dynamiques et engagés ? Éditorial

Toute entreprise digne de ce nom veut des employés dynamiques et engagés. Mais, est-ce si vrai que ça ? Pourquoi si peu d'entreprises y arrivent ? Pourquoi y a-t-il jusqu'à 70% d'employés "désengagés" dans les sondages ?

En fait, les employés perçoivent souvent ceci : on les veut dynamiques et engagés à certains moments, et biens tranquilles et robots à d'autres. Créatifs, passionnés, mais dans le cadre prévu. Or, la créativité, le dynamisme, la passion, c'est du tout ou rien ! En fait, on ne veut pas vraiment que tous nos employés soient comme ça, trop difficile à gérer au quotidien !

Demander à un locataire de rénover la cuisine à ses frais ? 
Je m'essaie à une comparaison : en tant que gestionnaire ou patron, vous êtes un peu comme le responsable d'un immeuble. Vous pouvez avoir des locataires, qui sont les employés réguliers, plus ou moins motivés. Vous conservez le contrôle, ils occupent un logement mais la plupart ne se sentent pas concernés tant que ça par les décisions de l'entreprise.

Ou vous avez une culture d'engagement telle que c'est un peu comme si étiez responsable de vendre des condos et de gérer l'immeuble commun. Les propriétaires sont beaucoup plus concernés et impliqués dans la gestion (de l'immeuble) que des "locataires". En même temps ils peuvent décider de peinturer ou même de rénover la cuisine sans vous en parler, et ils considèrent qu'ils ont leur mot à dire sur les changements aux espaces communs.

Bref, on ne peut pas demander aux locataires de traiter l'immeuble et sa gestion comme s'ils en étaient propriétaires. À l'inverse, si un propriétaire trouvera normal de rénover sa cuisine, ce sera au moment qui lui convient. Et surtout pas sans décider la couleur des armoires...

La meilleure solution ?
En fait, on ne veut pas nécessairement avoir ce qui s'apparente à un travailleur autonome au sein de l'entreprise. Vaut mieux identifier jusqu'où on veut de l'autonomie, de l'engagement, de la passion, sachant que ces éléments viennent plutôt en bloc qu'à la pièce.

La solution me semble d'identifier les quelques postes ou employés clés, nécessitant plus d'implication, d'engagement, de créativité, de liberté et de les considérer en "propriétaires". Ceci n'empêche pas d'établir un cadre clair sur qui "rénove" quoi et à quelles conditions, tant que c'est cohérent avec l'engagement demandé.

Ensuite acceptez que les autres resteront plutôt "locataires", ce qui n'empêche pas de trouver ceux qui seront assez engagés pour peinturer eux-mêmes leur appartement si vous leur fournissez la peinture...

mardi 1 novembre 2016

6 erreurs à éviter sur les médias sociaux

Voici la suite de Photos de profil : 12 erreurs à éviter publié un peu plus tôt.

Autres erreurs fréquentes :
Conserver une page Linkedin "propre" est relativement facile, mais sur Facebook et parfois ailleurs il est aussi payant d'éviter quelques dérapages. Ceci évitera les perceptions négatives d'un recruteur ou d'un conjoint potentiel, autant que d'un candidat curieux.
  1. Publier sur le coup d'une émotion. Attendez quelques heures ou quelques jours et voyez si vous publiez la même chose. 
  2. Une blague déplacée dans un forum obscur peut sortir dans une recherche Google sur votre nom des années plus tard. 
  3. Sur Facebook, LA photo que vous regrettez d'avoir publiée sera probablement celle qui sera la plus commentée, éventuellement la plus partagée, et donc la plus visible.
  4. Écrire du mal sur son ancien employeur, même "en joke" ou subtilement, n'est jamais une bonne idée. Un recruteur qui trouve ce type de critiques rejette presque toujours le candidat.
  5. Dans les autres éteignoirs à recruteur, on trouve aussi le français illisible, et surtout, tous les contenus à caractère osé, sexiste, raciste, radical, etc. Le recruteur partage peut-être votre opinion, mais va-t-il prendre une chance avec l'image de l'entreprise ? 
  6. Les gens craignent beaucoup les "espions" externes, les bogues, etc. Or la majorité des informations nuisibles qu'on trouve sur l'internet provient d'erreurs humaines...
Quelques conseils en vrac
  1. Si ce que vous publiez était révélé au grand jour par erreur, quel serait le résultat ? Selon votre confort, n'utilisez pas un ordinateur pour publier quelque chose de "catastrophique" et soyez prudent dans vos publications un peu plus limites. 
  2. Réfléchissez : à 20 ans, on a de la misère à imaginer que des photos olé olé pourraient nuire à notre carrière 5 ans plus tard. Parlez-en à certains candidats des élections de 2014 !
  3. Soyez quand même spontané au quotidien : si un recruteur n'aime pas que vous publiez un vidéo de "chatons adorables" ou un revendication écologique modérée, il ne vous aurait probablement pas sélectionné pour l'emploi - si votre personnalité est cohérente avec vos publications.
  4. Lisez sur la confidentialité des statuts Facebook, pour bien contrôler qui voit quoi.
  5. N'utilisez Linkedin que pour des éléments liés au travail. Les recruteurs s'attendent à un profil professionnel et sans trop d'éléments personnels, un peu comme dans un CV.
Pour aller plus loin

mardi 25 octobre 2016

Les syndicats et les générations Y

Un peu d'humour "RH brutes" ...*

On prédit parfois la mort des syndicats avec le peu d’intérêt des jeunes envers eux, le faible taux de chômage, l'arrivée des Libéraux au pouvoir, etc. Peut-être qu’ils vont plutôt évoluer d’une drôle de façon.
Changement en vue dans les usines ?

Durant un colloque, un de mes voisins de table racontait qu’il a vu récemment une usine où les jeunes se sont peu à peu impliqués dans le syndicat. Lorsque ils sont devenus majoritaires, ils ont décrété tout un changement : fini l’ancienneté, seul le rendement allait compter ! Quel choc pour les « vieux » de l’usine !!

J’ai fait remarquer que je pouvais comprendre les jeunes tannés de voir les vieux se « pogner le beigne » et avoir tous les avantages. Mais mon voisin m’a fait réfléchir : « Bien sûr, mais ces jeunes, qu’est-ce que tu penses qu’ils vont faire, dans 20 ans, quand ils seront fatigués de performer ? Ils vont revenir à l’ancienneté tu vas voir… »

Et si on apprenait à travailler ensemble à la place ?

* RH brutes est mon alter ego plus sombre, le ton est plus mordant ou moins sérieux que dans mes billets habituels. Pour plus d'information, voir ce billet explicatif 

mardi 18 octobre 2016

Photos de profil : 12 erreurs à éviter !

Je m'adresse ici autant aux candidats qu'aux recruteurs. Si vous êtes de plus en plus nombreux à "googler" le nom de celui ou celle que vous allez rencontrer en entrevue, votre interlocuteur aussi. Votre photo de profil peut faire une différence : entre recevoir l'appel d'un recruteur, ou non, ou obtenir l'accord d'un candidat en demande, ou pas...

L'importance de la photo de profil
Instinctivement, tout le monde cherche la photo avant de regarder toute autre chose. Des études montrent que les profils avec photo inspirent plus confiance, et Linkedin a calculé qu'ils généraient 14 fois plus de visites que ceux sans photo...

Erreurs de base
On m'a parlé d'un candidat en finances - oui, il avait bien appliqué sur un poste dans une banque - qui avait mis une photo de lui... dans son bain tourbillon! Sans avoir vu de cas aussi extrême voici sept erreurs à éviter et la réflexion qu'un recruteur pourrait avoir face à ces photos :
  1. en habit de jogging - oui c'est bien, un sportif, mais à ce point ?
  2. découpée et on voit quelque chose qui dépasse - son ex ?
  3. en vacances, salie ou avec la date imprimée - pas très sérieux...
  4. tellement floue ou sombre qu'on est pas sûr c'est qui - un espion ? Un vampire ?
  5. avec d'autres personnes - on joue à Où est Waldo ?
  6. en robe/habit de bal - ça fait pas longtemps qu'il/elle a fini l'école
  7. photo d'un animal, d'un logo, d'un enfant ou d'un personnage de BD - il se cache ? Si c'est sur Linkedin : il se croit sur Facebook ? 
Pour faire mieux
Si ces éléments constituent un minimum pour être pris au sérieux professionnellement, révisez également ces autres points un peu plus subtils :
  1. photo avec un ombrage en arrière
  2. contexte ou habillement non professionnel (pour Linkedin)
  3. photos avec des émotions visibles ou au contraire trop neutres, elles créent un malaise
  4. évitez de présenter le profil gauche : selon des études le droit inspirerait plus la confiance
  5. surveillez tout ce qui cache ou nuit à la force de votre regard : ombrage, lunettes, reflet, gêne face à la caméra, etc.
Le mieux est de demander l'avis à quelques personnes et d'investir dans une photo professionnelle. Celle-ci vous servira de nombreuses années !


mardi 11 octobre 2016

Prévenir les tricheries en entreprise - 2e partie

Voici la suite des éléments utiles pour réduire les risques de tricherie. Voir le billet précédent ici.

Points de contrôle aléatoires
Tricher, moi ?

Pour réduire les occasions des tricheurs un peu plus actifs, on met en place des "points de contrôle".

Il y a déjà des moments ou endroits où on vérifie que le travail est fait correctement. Ces contrôles récurrents servent à repérer des erreurs et montrer qu'il y a un certain contrôle, ce qui réduit la tentation de tricher.

On veut qu'ils laissent peu de place aux tricheurs, entre autres avec la séparation des tâches : au moins une partie des contrôles sera effectuée par une personne différente de celle qui fait le travail.

Des enquêteurs ont observé qu'un fraudeur extrême ira jusqu'à ne prendre aucun congé ou vacances pour éviter que quelqu'un d'extérieur découvre quelque chose durant son absence. Sans aller jusque là, les "tricheurs ordinaires" développent des stratégies afin de passer au travers des contrôles prévisibles.  On s'assure donc de faire au moins quelques contrôles de façon aléatoire. L'armoire mise dans un lieu passant joue ce rôle, parce qu'on ne sait jamais quand quelqu'un va passer.

On doit donner du temps au superviseur de premier niveau pour effectuer correctement les contrôles, prévus ou aléatoires, et peut-être lui donner un peu de formation ou de sensibilisation à ce qu'il doit surveiller.

Faire confiance !
L'objectif crucial est toutefois de conserver la confiance des employés. Ceci doit rester en vue tout au long de toute démarche visant à réduire la triche. Le contrôle est contre-productif s'il démotive les employés. De plus, s'il devient trop intense, il donne l'impression que tout le monde le fait ! La réaction peut alors être "tant qu'à subir la méfiance et le contrôle autant en profiter et faire comme les autres"...

Ce qui est bien, c'est qu'au départ, les personnes honnêtes s'attendent à ce qu'il y ait une certaine vérification pour sentir que l'honnêteté est valorisée et que les tricheurs seront pris. De l'autre côté, la confiance, le tact et une attitude positive sont essentiels pour éviter que les employés honnêtes se sentent surveillés ou trop contrôlés. Trop de contrôle tue l'initiative et la motivation. Ultimement, traitez des gens honnêtes comme des voleurs et ils pourraient le devenir...

Dans un billet le mois prochain nous verrons des stratégies à long terme pour éviter d'embaucher ou de favoriser les tricheurs.

Pour aller plus loin
Journal les Affaires : Comment enrayer la tricherie au sein d'une équipe?
Capital.fr : Notes de frais, comment repérer les tricheurs?

mardi 4 octobre 2016

Prévenir les tricheries en entreprise - 1re partie

Dans le billet précédent nous avons abordé la question des tricheurs et menteurs en entreprise. Ici nous allons proposer quelques éléments pour prévenir autant que possible les risques.

Avant de commencer...
D'abord, il faut régler tout cas de "tricheur connu" déjà actif dans l'entreprise. Qui prendrait au sérieux la prévention sinon ?

Tous des... gens honnêtes ?
Ensuite, on fait l'auto-évaluation de son organisation honnêtement... En dehors des petits détours et mensonges socialement acceptables, les gens sont en général plutôt honnêtes. Dans la population, seulement 1 à 3% des gens seraient de fraudeurs ou voleurs "naturels". Les autres le sont quand les circonstances favorisent les comportements malhonnêtes. À partir de 5 à 10% "de cas problèmes", il est clair que l'environnement joue un rôle. Dans le cas d'une entreprise, ce peut être que les pratiques d'embauche sont à revoir, ou signe qu'un département ou un gestionnaire encourage de mauvaises pratiques, consciemment ou non. Passé 15-20%, ça devient la responsabilité du milieu de travail et de la haute direction. Quelque chose, quelque part, favorise - au moins en partie - ceux qui mentent ou brisent les règles.

À court terme, ou le chemin le plus facile
Pour les milieux normaux, on doit commencer par se demander : comment facilite-t-on la vie de gens honnêtes et rend-on difficile le chemin de ceux qui ne le sont pas ? À l'usage, on a tous tendance à suivre le chemin le plus facile. Une armoire bien remplie d'outils dispendieux est située dans un coin tranquille ? Un gestionnaire ne questionne jamais les excuses d'absence du vendredi ? Soyez proactif et transparent afin de réduire la tentation tout en démontrant votre confiance envers vos employés. Exemples : déplacez ou barrez l'armoire, attendez les employés affligés d'une grippe du vendredi avec votre boîte de mouchoir dès le lundi matin et revenez sur la situation avec un sourire.

Pour une première intervention, partez avec l'idée (même si ce n'était pas vrai) que ces gens l'ont fait par "distraction" ou facilité, et suivre un peu plus l'action corrigera la grande majorité des déviances. Soyez moins conciliant à partir de la deuxième offense... Et inflexible à compter de la troisième : le message n'a pas passé. La sévérité dans ce cas favorise également un climat de confiance des gens plus honnêtes, renforçant le sentiment d'équité et qu'il est "payant" d'être honnête.

Favoriser l'honnêteté
Réduisez aussi les contrôles favorisant inutilement le mensonge. Vous offrez seulement des congés de maladie et les gens "inventent" des maladies pour prendre congé ? Transformez-les en congés personnels et incitez les gens à vous aviser quand ils les prendront afin de réduire la tentation de mentir et, en prime, mieux planifier les absences.

Finalement, identifiez quelques comportements honnêtes courants et voyez comment ils sont perçus : entre autres, comment un employé signalant une erreur est-il reçu ? Par des reproches, de l'ennui ou par des félicitations ?

La suite la semaine prochaine...

Pour voir toute la série des billets sur les tricheurs, cliquez ici.